Le mariage une mise en cage des femmes

« Le mariage va être une mise en cage des femmes » (Philippe Brenot, psychiatre et thérapeute)


 Enfin un homme intelligent !
Qu’un homme psychiatre et thérapeute, confirme ce que j’ai toujours pensé, inutile de vous dire ma joie 🙂
La domination masculine, a codifié le comportement féminin, qui fait que les femmes, sont enfermées dans une prison mentale, qui leur fait apparaître le mariage et les enfants, comme le but ultime…. 
Une femme non mariée et sans enfants, se sentira mal au bout d’un moment, dans sa vie. D’ailleurs la première question que l’on pose à une femme est : « vous êtes mariée ? » Le jour où une femme dira : « non, et je m’en réjouis ! » au lieu d’un « non » timide, un grand pas sera accompli !
L’on pourrait croire, que l’image de la femme des années 60, dévouée à son chef-mari, diffère de celle de la femme des années 2000, pourtant, à quelques détails près, le schéma ne change pas : c’est toujours la femme qui gère la maison-les courses-les repas-le ménage-les enfants et enfin son emploi !

« Le mariage n’était fait ni pour l’amour, ni pour les sentiments, ni pour la sexualité » (Philippe Brenot, psychiatre et thérapeute)

Là encore, il a raison, pour la plupart des femmes, le mariage apparaît comme le rêve romantique absolu, (la fameuse « robe de princesse »…), mais dès qu’elle se retrouve dans le rythme infernal « vaisselle-enfants-menage-mari-travail », le rêve est vite envolé pour faire place à la réalité. Sans compter qu’avec les enfants qui dorment à côté, l’épanouissement sexuel c’est loin d’être le cas, sauf si on a financièrement les moyens de vivre dans un château !

Décomposons à présent la fameuse « robe de princesse » :
« Pourquoi la femme ne porterait t-elle pas la robe qui lui fait envie, chez elle déjà, ensuite pour se déplacer etc…? J’entends déjà la réponse : « ah mais, ce n’est pas l’occasion ». Ah bon, et pourquoi ce ne serait pas l’occasion ? C’est cruel de devoir porter le genre de robe que l’on aime une seule fois dans sa vie, non ? Pourquoi s’imposer une telle frustration ?
Posez vous la question madame, mademoiselle, pourquoi mentalement vous imposez vous une telle frustration de ne porter ce genre de robe qu’une seule fois dans votre vie ? Est-ce que vous réalisez que vous vous privez vous-même de ce qui vous rend heureuse ?

« Dès qu’on enlève la contrainte, c’est-à-dire l’obligation de rester marié, on se rend compte que les gens se séparent » (Philippe Brenot, psychiatre et thérapeute)
Alors souvent on entend dire « qu’avant c’était mieux » avec nos grand parents qui restaient unis jusqu’à pas d’âge, etc… Il y en a même qui bavent sur ce type d’union, en disant « ah oui, comme c’est beau… ». Je dirais qu’avant ils avaient les mêmes problèmes, mais que « cela ne se faisait pas » de divorcer, ce n’était pas dans les moeurs. C’était même une opprobre. Si je me réfère à tous les codes des peuples, la femme mariée n’avait aucun droit, ni de travailler, ni d’avoir son propre emploi, son propre argent et encore moins de bénéficier de son héritage (c’est son mari qui en bénéficiait…).
Ah par contre, et ça je l’ai lu, la femme récupérait, à une époque pas si lointaine, le droit de se faire battre par son mari, c’était légal et inscrit dans la Loi du mariage (véridique..). Alors COMMENT, la femme a pu passer de cette sorte d’esclavage moderne qu’est le mariage, à « rêve romantique » ? 😵 😵

« Au début de l’humanité, il y a un phénomène qui s’appelle la domination masculine. Les mâles ont pris possession des femelles certainement pour s’assurer la paternité. Car une femme qui a un amant, ne peut pas savoir de qui est son enfant. Puis on a instauré le mariage. Le mariage va être une mise en cage des femmes. Sans notion de couple. » (Philippe Brenot, psychiatre, thérapeute)
S’il y a une chose qu’un homme ne peut pas contrôler, c’est bien le ventre d’une femme. De là à dire que le mariage a été instauré pour contrôler le ventre de la femme, il n’y a qu’un pas, que je franchis allègrement. Hé bien oui, puisque de nos jours, une femme seule avec un enfant, c’est mal vu ? 
Même si c’est plus ou moins accepté dans notre société actuelle. Inconsciemment les questions insidieuses arrivent telles que « où est le père ? », « pourquoi se retrouve t-elle seule ? » (genre c’est une traînée…).
Donc le mâle invente la Loi du mariage et enfonce dans la tête de la femme, qu’être une femme mariée, c’est être une femme « honorable » et que c’est mieux de passer par cette étape avant d’avoir des enfants. 
En clair être mariée avant d’avoir des enfants, c’est bien, avoir des enfants sans être mariée, c’est mal. La boucle est bouclée, le contrôle du ventre de la femme est instauré.
D’ailleurs la plupart des femmes qui se marient, après avoir eu des enfants, ont pour habitude de dire « je régularise… »

« Certains hommes n’acceptent pas que leur femme ne jouisse pas. Ces femmes ont pourtant du plaisir à vivre cette sexualité, mais l’absence d’orgasme est pour eux inacceptable. L’homme doit apprendre qu’il n’est pas tout-puissant, que le plaisir féminin n’est pas uniquement lié à sa performance » (Philippe Brenot, psychiatre, thérapeute)
Ah oui, la fameuse performance sexuelle masculine…. En général les journées d’une femme mariée avec enfants tournent autour de 15h/jour, j’ai du mal à croire qu’une femme, après une journée aussi infernale, se sente suffisamment en forme pour réaliser une performance sexuelle… A mon avis elle doit plutôt s’écrouler dans son lit ! On en revient à ce que Philippe Brenot à dit plus haut : « le mariage n’était fait ni pour l’amour……ni pour la sexualité… »

« Vivre en couple n’est pas naturel. Ce n’est pas naturel du tout. C’est la chose la plus importante, mais personne ne le sait. » (Philippe Brenot, psychiatre, thérapeute)
Une sorte d’automatisme, s’est instauré dans l’esprit des hommes et des femmes : on s’aime, donc au bout d’un moment on doit s’installer en vie commune. Si on n’est pas en vie commune, c’est qu’on ne s’aime pas, notre amour « n’évolue pas bien… »  Ca sort d’où ce mode de pensée ? La vie commune n’a jamais été une preuve d’amour, la preuve (justement…), une personne mariée sur trois trompe son conjoint d’après les statistiques.
Alors d’où ça sort que la vie commune ou le mariage est une preuve d’amour ou une évolution logique du sentiment amoureux ? ? ? 🙄  Alors souvent on me réponds : « ah oui, mais tu n’as pas peur d’être trompée, etc… » Quand on veut tromper son conjoint on le fait, que l’on soit en vie commune ou pas !

S’il y a une chose à retenir de cet article c’est la notion de contrainte qu’apporte le mariage, qui reste avant tout une Loi. Totalement en opposition avec le sentiment amoureux qui lui, ne peut s’épanouir que dans la liberté. L’Amour est un sentiment volontaire, on ne peut pas obliger une personne à vous aimer, durant x et x années. 
Le « je te promets fidélité », ne vaut que si on se sent libre de le faire, 
et pas parce qu’une Loi vous dit de le faire…

Pour aller plus loin :
Philippe Brenot, né à Bordeaux médecin psychiatre français, anthropologue, sexologue et éditeur.
Auteur d’Un jour mon prince…
Rencontrer l’amour et le faire durer
(Les Arènes, 2014)




Commentaires